altStimuler le monde imaginaire de l’enfant

Ce n'est pas un secret, nous vivons dans une société de performance qui exige d'en faire toujours plus pour stimuler les enfants. Il existe une multitude de « modes d'emploi » : de la purée-santé jusqu'à la culbute sur le nez ! Tout le monde de l'enfance est imprégné de la notion « éducative ». Le besoin de performance s'infiltre jusque dans les accessoires matériels liés à la croissance de l'enfant... Plus de place pour l'imprévu, l'intuition, la souplesse et l'adaptation… Pourquoi ne pas se proposer, plutôt, que le plaisir et la créativité reprennent leurs places ?  À la garderie, à l'école et même à la maison durant les fins de semaine et l'été, le temps est planifié au quart de tour. L'horaire des activités « éducatives » est tracé à l'avance pour éviter que les enfants ne « perdent » leur temps. Et pourtant... Ces moments, apparemment vides, peuvent être très féconds.

 

Parents, n'ayons pas peur de ces moments où ils ne savent pas quoi faire ! L'omniprésence d'un adulte pour les occuper ou les diriger empêche l'émergence d'un monde rempli de créativité. Certains diront que les enfants ne savent pas jouer seuls car ils sont habitués à avoir des activités structurées et planifiées. Les enfants ont besoin de temps libre pour apprendre à développer leur imagination, leurs talents, leurs intérêts : jeux de construction, livres, jeux de rôle avec des objets, casse-tête, déguisements. Ces moments deviennent, pour les enfants, une occasion d'exprimer leur monde imaginaire, leurs besoins et leurs émotions. Ces mondes imaginaires remplis de héros, de princesses, permettent aux enfants d'extérioriser certaines émotions sans l'aide de l'adulte. Cela s’inscrit dans la ligne d'un développement sain. Il apparaît donc important de leur réserver du temps pour développer des jeux libres où l'apprentissage n'est pas qu'intellectuel.

Aucun parent n'aime voir son enfant tourner en rond et il sera normal de ressentir un malaise. Cet inconfort doit être toléré car il ouvre la porte à de nouvelles possibilités jusque-là inexploitées. 

Une expérience a été faite dans une école où les enfants n'avaient pas accès à leur écran une semaine durant. Au début de l'expérience, les enfants s'ennuyaient. Puis, peu à peu, ils ont redécouvert des jeux qu'ils avaient oubliés. Les enfants ont témoigné avoir beaucoup aimé cette expérience et quelques-uns ont même suggéré la poursuite de cette formule ! 

À l'opposé de ce que suggère la société de performance, c'est l'enfant lui-même qui doit, sans l'aide de l'adulte, puiser dans son imagination pour meubler son temps. Un temps d'adaptation sera nécessaire pour parents et enfants, mais tous en sortiront gagnants.  Le monde de l’enfance est un foisonnement de possibilités créatives.  Laissons-les être des enfants !

 

Première ressource, aide aux parents

(514) 525-2573 | 1-866-329-4223

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Venez clavarder avec nous!

premiereressource.com

facebook.com/premiereressource

 

Un don de 20 $ permet d’offrir une heure de notre service de consultation gratuite. 

www.canadahelps.org/fr/organismesdebienfaisance/premiereressource