alt

 

LES JEUNES ET L’AGRESSIVITÉ

Pour certains enfants, jouer calmement avec les autres est tout-à-fait naturel. Cependant, d'autres enfants ont plus de difficultés à partager ou à jouer sans bousculer. Ce n'est pas parce que « partager c'est bien » qu'un enfant de deux ans prêtera automatiquement ses jouets. Par ailleurs, un enfant de cinq ans peut croire que bousculer les autres pour avoir ce qu'il veut est plus efficace.

Décrivez brièvement et intervenez.

Certains enfants se trouvent souvent dans des situations de confrontation avec leurs pairs. Ils ont de la difficulté à entrer en rapport avec les autres enfants sans se bagarrer. Quelle que soit la raison, lorsque les comportements agressifs se produisent, il faut intervenir. Aidez votre enfant à mettre des mots sur ce qui est vécu : « Émilie, ça ne doit pas être plaisant de se faire prendre son ballon, mais tu ne peux pas frapper ton amie. » ou tout simplement : « Mathieu, tu ne bouscules pas. Tu attends ton tour. »

Avec les mots que vous utilisez pour décrire ce qui se passe, vous aiderez votre enfant à faire, à la longue, la différence entre la frustration tout-à-fait normale et le geste d'impulsivité. Le but est d'amener les enfants à surmonter une frustration passagère et à vivre leurs sentiments négatifs sans utiliser des mots ou des gestes agressants.

 

Soyez des observateurs.

Apprenez à connaître et à reconnaître les signes avant-coureurs. Observez les circonstances dans lesquelles les comportements agressifs se produisent. Mathieu a tendance à bousculer les autres quand il y a beaucoup de bruit et d'activités autour de lui ? Essayez de créer un climat moins bruyant et dirigez-le au début de l'activité. Par exemple, aidez-le à choisir une activité plutôt que de vouloir toutes les faire en même temps. Émilie crie surtout lorsqu'elle est fatiguée ? Faites-lui faire une sieste ou planifiez des activités plus calmes vers la fin de la journée.

Certains enfants agissent agressivement pour attirer l'attention sur eux. N'attendez pas qu'ils soient agressifs pour leur accorder de l'attention. Faites-le aussi durant les moments où ils sont calmes. Sans trop en mettre, intéressez-vous à ce qu'ils font, encouragez-les et félicitez-les en soulignant le comportement positif. Par exemple : « C'est très patient de ta part Mathieu, d'attendre ton tour. » Par cette façon de faire, vous apprendrez petit à petit à votre enfant comment obtenir l'attention d'une façon acceptable et beaucoup plus agréable pour tous.

 

Encouragez-les à trouver des solutions

Quand les enfants sont assez grands, à partir d'environ cinq ans, on peut les aider à trouver des solutions pacifiques aux conflits. Si Émilie crie pour avoir un jouet, demandez-lui de trouver une autre façon d'obtenir ce qu'elle veut. Mathieu et Luc se bousculent pour avoir la balançoire ? Que peuvent-ils faire d'autre ? (Ex : l'utiliser chacun son tour). Encouragez votre enfant à mettre lui-même les solutions au point et félicitez-le quand il réussit. L'effet secondaire est d'augmenter la créativité et l'autonomie.

 

Ils n'y parviennent pas encore ? 

Ne vous découragez pas. Revenez à l'étape antérieure : décrivez brièvement et intervenez. Pratiquez à surmonter votre propre frustration face à une situation tout-à-fait normale dans le développement de certains enfants. Demeurez cohérents et affirmatifs dans vos interventions. Il est normal que vous ayez à répéter plusieurs fois avant que le comportement désiré soit acquis. Et, même lorsque ce comportement semblera acquis, pensez qu'il peut y avoir des rechutes. Rappelez alors simplement les consignes à votre enfant.

 

Première ressource, aide aux parents

(514) 525-2573 | 1-866-329-4223

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Venez clavarder avec nous!
www.premiereressource.com
www.facebook.com/premiereressource