altMettre des mots sur les émotions Histoires de Chloé et Félix « Même la meilleure éducation ne supprime pas toute anxiété et n'élimine pas les risques qui existent dans l'univers des enfants... » C'est ce qu'écrit une auteure américaine, Selma Fraiberg, respectée des professionnels de l'Enfance. L'apparition d'un puissant lien d'amour entre le nourrisson et sa mère produit nécessairement chez l'enfant une période d'anxiété à la séparation. Ce lien d'amour est nécessaire à son développement et l'anxiété à la séparation est reliée à la crainte de l'avoir perdue si elle disparaît. C'est ce que le jeune bébé vit dans sa première année de vie. Puis avec le temps et l'évolution normale de son développement l'enfant devient capable de se représenter l'image et la présence de sa maman; et, avec différentes expériences vécues de séparations et retours, il sera de plus assuré de son éventuel retour.

Or, même après des expériences réussies d'adaptation, certains événements ou circonstances pourront, à divers degrés et à différentes périodes de la vie des enfants, ramener ou raviver cette anxiété de séparation. En voici deux exemples :

1. - Chloé fréquente la garderie depuis trois mois. Maman fut même étonnée de la facilité avec laquelle elle la quitta le premier jour. Chaque matin elle se réjouit de retrouver l'éducatrice et ses nouveaux amis. Puis, viennent les congés des Fêtes suivis d'une semaine de vacances avec papa et maman. Au retour à la garderie, c'est la catastrophe : cris et pleurs, Chloé refuse de se séparer de maman et de rester à la garderie. L'éducatrice la prend par la main et l'invite à rejoindre les amis qui l'attendent. Maman l'embrasse et lui rappelle que comme toujours elle viendra la reprendre à la même heure à la fin de la journée. Puis elle quitte (le cœur gros) en lui laissant son foulard imprégné de son parfum.

Au bout de trois jours, tout rentre dans l'ordre, la routine reprend, Chloé ne pleure plus le matin, rassurée que maman reviendra.

2. - Félix, depuis 1 mois, ne veut plus aller à la garderie qu'il aimait bien pourtant. Les lundis n'arrivaient jamais assez vite... Mais maintenant, ce sont des pleurs et des protestations à n'en plus finir chaque fois que maman ou papa le dépose à la garderie. De plus, il semble toujours inquiet. Il ne participe pas beaucoup aux activités et il lui arrive même d'agresser ses copains, ce qu'il ne faisait jamais auparavant.

Que veulent dire de tels changements?
Il faut se rappeler qu'il peut souvent avoir un évènement déclencheur à l'origine d'un nouveau comportement à la garderie : changement d'éducatrice, changement de groupe, départ d'un(e) ami(e); à la maison : vacances prolongées avec les parents, déménagement anticipé ou récent, arrivée d'un nouveau bébé dans la famille, séparation des parents, hospitalisation d'un parent...

L'éducatrice et les parents de Félix ont donc mis en commun leurs idées et observations permettant de faire un lien avec le décès subit du grand-papa un mois plus tôt... et alors tout s'éclaire. Félix a bien peur que l'un ou l'autre de ses parents ne disparaisse aussi, comme ce grand-papa qu'il adorait et qu'il n'a plus revu...

Que peuvent faire les parents?
Il est donc important que parents et éducateurs mettent en commun leurs informations et observations pour être en mesure d'identifier le ou les changements vécus par l'enfant afin de l'aider à mettre des mots sur les émotions qu'il vit et lui permettre de les exprimer.

Ainsi, avec Chloé, « Tu voudrais que ce soit toujours les vacances et être toujours avec papa et maman. Tu n'aimes pas ça quand ils vont travailler et te laissent à la garderie et ça te fait peur... Tu crains peut-être qu'ils ne reviennent pas te chercher... »

Beaucoup d'adultes craignent qu'en exprimant ainsi les émotions « on ne tourne le fer dans la plaie », mais en réalité, on crève plutôt un abcès. Cela ne se fait pas sans douleur certes, mais dans la majorité des cas, les enfants se sentent alors vraiment compris et vont mieux.

Ce n'est qu'après cette étape qu'on peut alors les assurer de notre retour, de notre amour.