altÊtre un parent seul, quel défi! « Il faut que je sois le père et la mère en même temps! » Combien de fois on entend ces mots qui témoignent d'une grande lassitude… Reconnaissons que le parent seul, comme tout parent, a des limites. Les «superwomen» et les «supermen» n'existent qu'à la télévision ou dans les romans. Vivre le rôle de père OU de mère de son mieux, c'est déjà une formidable réussite.

Plusieurs parents seuls gardent au fond d'eux-mêmes la nostalgie de la famille biparentale. Si deux parents sont heureux ensemble et sont tous deux engagés auprès de leurs enfants, c'est évidemment la situation la plus favorable. Mais il existe aussi, malheureusement, certaines familles biparentales où l'un défait à mesure ce que l'autre fait… D'autres couples parentaux sont soudés par des discordes continuelles… etc…

La vie du parent seul (père ou mère) avec ses enfants est nettement préférable à ces tableaux négatifs. L'important pour le parent seul est de créer des liens avec l'extérieur pour éviter un lien trop exclusif parent/enfant, et surtout lui permettre de reprendre son souffle auprès d'autres adultes.

Existe-t-il des moyens d'éliminer, sinon d'atténuer certains obstacles pouvant miner l'existence des familles monoparentales? Essayons…

Quelle que soit la forme de garde établie dans votre famille, le bien-être émotionnel des enfants et la bonne marche de chacun des foyers parentaux sont favorisés par le respect de certaines règles essentielles. En voici quelques-unes :

• Que chacun des parents établisse que c'est lui qui détient l'autorité quand les enfants se trouvent sous son toit.

• Maintenir autant que possible un lien important avec le parent non gardien pour ce qui concerne les enfants.

• Quand l'enfant est chez maman, c'est elle qui l'éduque de la façon qu'elle juge la meilleure. Quand il est chez papa, c'est alors ce dernier qui agit de son mieux en ce sens. Donc, à éviter absolument de critiquer l'autre et de se donner mutuellement des leçons.

• Respecter l'autre parent en tant qu'homme ou femme et respecter sa vie privée.

• C'est chaque parent qui est responsable du maintien et du développement harmonieux de son lien avec son ou ses enfants. Encore faut-il qu'il n'y ait pas d'entrave et que cela puisse se faire dans un climat le plus ouvert possible. Il faut, évidemment, que chaque parent accepte que le séjour de l'enfant chez son autre parent ne se passe pas exactement de la même manière que chez soi. Dans ce contexte de différences (et non de danger, bien sûr), il y a lieu de se rappeler que le maintien du lien affectif existant apporte plus d'avantages à l'enfant que les inconvénients mineurs peuvent lui être nuisibles.

Il apparaît essentiel de mentionner une situation extrêmement néfaste à laquelle il est urgent de mettre un frein si, par malheur, elle était déjà installée : Les conflits interminables entre les ex-conjoints dans lesquels les enfants se trouvent utilisés de diverses manières pour assouvir la rancœur toujours présente. Que faire alors? Dans un tel contexte explosif, l'attitude responsable serait d'éviter de réagir en tentant de se justifier. Difficile? Oui. Frustrant? Oui. Mais on sait qu'un feu non alimenté finit peu à peu par s'éteindre de lui-même, pas vrai?

La vie du parent seul n'est pas celle qu'il avait choisie… Et les écueils qui jalonnent sa route n'étaient pas prévus. Y a-t-il, pour le parent seul, une possibilité de bonheur dans sa situation? Oui, si chacun sait établir un sain équilibre entre ses propres besoins et ceux de sa famille. Les enfants vivront heureux et épanouis si leur parent réussit à l'être.