Garde partagée à l'adolescence

Alexis, aujourd'hui 15 ans, a vécu la séparation de ses parents avant même de célébrer son premier anniversaire. Une entente à l'amiable entre ses parents a été faite et hop ! La garde partagée s'est enclenchée une semaine sur deux. Mais qu'en est-il aujourd'hui ? Après plusieurs années d'une telle routine, Alexis est vraiment fatigué d'être obligé de déménager ses effets personnels à chaque semaine, de chercher des vêtements qui sont finalement chez l'autre parent, de devoir séparer son temps entre ces deux cellules familiales complètement à l'opposé en termes de valeurs et de routine et, finalement, il n'en peut plus des tensions inhérentes à la garde partagée. 

 

Mais que faire ?

Selon le site Éducaloi, l'opinion de l'enfant de 8 à 11 ans est fortement considérée devant un juge, alors que l'opinion d'un jeune de 12 ans et plus est largement déterminante. Le juge accorde généralement à l'adolescent ce qu'il demande en ce qui concerne le temps passé avec chacun de ses parents. 

Pour une entente à l'amiable, nous recommandons d'attendre 14 ans avant de le laisser choisir s'il désire rester chez un parent ou chez l'autre, mais nous devons comprendre que ce choix n'est pas sans conséquences. Évidemment, les adolescents, même s'ils le démontrent moins que dans l'enfance, sont toujours très attachés à leurs deux parents (et souvent au nouveau conjoint(e), si celui-ci est stable depuis plusieurs années et aux nouveaux enfants).  Choisir entre eux relève de l'impossible. Ajoutons à cela qu'il est dans sa phase d'affirmation du moi où il cherche à se définir comme individu à part entière, différent de ses parents. C'est une période charnière de son développement et la décision ne doit pas être prise à la légère.

Choisir un foyer au dépend de l'autre peut engendrer de nombreux conflits. La communication est la clé et il faut voir le choix de l'adolescent dans une optique de mode de vie et non de rejet de l'un ou l'autre. La décision peut être circonstancielle : l'une des maisons est plus près de l'école, plus près des amis, plus près du lieu de travail. La décision peut également être fondée sur des affinités naturelles plus présentes ou, malheureusement, par de la manipulation parentale. 

Effectivement, l'aliénation parentale prend diverses formes et se manifeste à tous les âges, consciemment ou non.

Mais comment prend-t-on cette fameuse décision ? 

L'adolescent doit avoir une discussion calme et ouverte avec chacun de ses parents où il leur expose les pour et les contres de ses intentions. Finalement, le parent doit faire preuve de maturité et accepter la décision de son enfant, car c'est pour son bien. Souvent, un nouveau type de garde sera instauré : soit une fin de semaine sur deux plus un soir semaine, ou encore l'année scolaire avec un parent et l'été avec un autre, etc. Les possibilités sont infinies et rien n'est définitif, l'important est vraiment de respecter le jeune dans ses besoins et ses désirs. 

Bonne discussion!

 

Première ressource, aide aux parents

(514) 525-2573 | 1-866-329-4223

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Venez clavarder avec nous!

premiereressource.com

facebook.com/premiereressource

 

Un don de 20 $ permet d’offrir une heure de notre service de consultation gratuite. 

www.canadahelps.org/fr/organismesdebienfaisance/premiereressource