alt

 La discipline : un concept à dédramatiser (partie 3)

La prémisse de base pour assurer le respect des règles et la discipline est la CONSTANCE et la FERMETÉ. L'intervention doit respecter le développement de l'enfant, modulée selon son âge.  Voici quelques méthodes d'intervention adéquates :

La méthode du 1,2,3

Cette méthode consiste à rappeler la consigne une fois et d’annoncer la conséquence qui attend l’enfant s'il ne change pas son comportement.  Au compte de 1,2,3, il y aura conséquence.  Par exemple : « Zoé, je t'ai demandé de ranger tes jouets sinon tu ne regardes pas la télé ce soir.  Je compte 1... 2… 3. »

Le renforcement positif

Cette méthode permet de mettre l'accent sur les bons coups de l'enfant et sur ses bons comportements. On lui fournit ainsi une attention positive qui nourrit son estime de soi. Par exemple : « Bravo Étienne ! Tu as brossé tes dents dès que je te l'ai dit, je suis très fière de toi. »

La réflexion

Cette méthode consiste à mettre l'enfant en retrait pour un temps limité (une minute par année d'âge, et tout au plus 5 minutes) afin qu'il puisse se calmer. Il est suggéré de l'asseoir dans un endroit où il se sent en sécurité. Par exemple : un coin de la cuisine ou dans le corridor ou tout autre endroit jugé approprié.  Il est utile d'utiliser une minuterie afin qu'il évite de vous questionner sans cesse sur le temps qui reste à sa réflexion.

Le retrait de privilège

Lorsqu'il n'est pas possible d'associer une punition directe et conséquente au geste commis, on peut utiliser le retrait de privilège.  Il faut cependant garder en tête que cette privation doit être limitée dans le temps et le plus près possible du comportement à reprendre.

Ne jamais retirer un privilège affectif, par exemple la lecture avant le dodo. Ces moments privilégiés permettent de nourrir une belle relation avec votre enfant.

Les enfants, par définition, défient les règles.  C’est souvent par impulsivité car ils agissent et ensuite ils réfléchissent. Ils défient aussi pour exprimer leur frustration et leur colère, lorsqu'ils sont fâchés contre le parent. Ils peuvent également rechercher l'attention, peu importe le moyen, d'où l'importance de les féliciter pour leurs bons coups.

La réparation

Le principe de la réparation est d'avoir une conséquence en lien direct avec le geste commis, par exemple : s'excuser auprès d'un ami. Lorsque la réparation est faite, la conséquence est terminée.

Est-ce normal de toujours répéter ?

Sans exceptions, les parents ont à répéter, jour après jour, les mêmes consignes, ce que leurs enfants ont le droit de faire et ce qui n'est pas permis. Les enfants ont une mémoire à court-terme, ce qui explique pourquoi il faut leur rappeler les règles.  Il y a cependant une différence entre rappeler souvent, principe qui fait partie de l'apprentissage, et répéter la même consigne plusieurs fois.

Lorsqu'il s'agit d'une demande, il faut éviter de négocier et de répéter sans cesse. Répéter, c'est encourager l'enfant dans son opposition et surtout, l’encourager à ne pas écouter dès la première demande. Il est plutôt recommandé de répéter une seule fois la consigne et d'annoncer la conséquence.

Souvenez-vous chers parents : CONSTANCE et FERMETÉ.

 

Première ressource, aide aux parents

(514) 525-2573 | 1-866-329-4223

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Venez clavarder avec nous!

premiereressource.com

facebook.com/premiereressource

 

Un don de 20 $ permet d’offrir une heure de notre service de consultation gratuite. 

www.canadahelps.org/fr/organismesdebienfaisance/premiereressource

 

La discipline un concept à dédramatise (1e partie)

Partie 1

La discipline un concept à dédramatise (2e partie)

Partie 2

La discipline un concept à dédramatise (3e partie)

Partie 3