altL'adolescence est une période de la vie que les parents anticipent avec une certaine appréhension.  Elle promet son lot d'incertitudes parmi lesquelles le spectre de la drogue...

De nos jours, c'est en moyenne à l'âge de 13 ans que se fait la première consommation.  Lorsqu'elle prend par surprise un bon nombre de parents, une foison de questions surgissent:'' J'ai un doute, est-ce que j'interviens?, Est-ce que je l'espionne?  Comment aborder le sujet? S'il ne répond pas, qu'est-ce que je fais?  Deviendra-t-il toxicomane?  Dois-je lâcher prise?  etc....
La consommation de drogue n'est pas un problème simple, au contraire, et ses multiples facettes entraînent de multiples façons de l'aborder et d'y apporter des solutions.  Alors que chaque situation doit être considérée dans ses particularités spécifiques ( âge de l'ado, substance, fréquence, contexte social et familial, etc....), on peut tout de même dégager des attitudes parentales générales à favoriser pour les parents d'adolescents qui consomment:
Soyez ''présents'' pour eux: leur désir d'autonomie ne signifie pas qu'ils veulent que vous vous retiriez de leur vie.  Les adolescents ont encore besoin de se sentir importants pour leurs parents, sous un mode différent de l'enfance.  De façon générale, après les amis, les parents sont les personnes les plus importantes pour eux. La qualité de votre présence se mesurera à votre capacité de les écouter sans couper la parole ( à moins d'arrogance....) et à votre façon de communiquer au bon endroit et au bon moment,  par une parole franche et directement au but.
Évitez les attitudes intransigeantes mais n'ayez pas peur de dire un ''non'' ferme lorsque la prudence ou vos valeurs parentales l'exigent: vous ne serez pas ''cool'' pour votre ado frustré mais, tôt ou tard, il percevra tout l'intérêt et l'amour que vous lui portez derrière ce comportement.
Au risque de vous tromper, n'hésitez pas à intervenir: cette erreur se réparera mieux que les conséquences de votre omission.
Votre exemple personnel, plus que les mots, produit un impact puissant sur eux.  Efforcez-vous d'ajuster votre conduite à vos valeurs et à ce que vous exigez d'eux.
Si vous vous sentez dépassé par la situation, il est sage de demander de l'aide, tout en restant impliqué, autant que possible, dans les services que votre adolescent reçoit.
Exercez sainement votre autorité, sans violence mais plutôt avec présence et fermeté. Comme l'énonce M. Étienne Goulet ( Drogues et adolescence.): '' Faites respecter vos limites.  Une limite n'a de valeur que si elle est respectée. Si c'est NON  le lundi, ce doit être NON le mercredi et le samedi!''
Pour les parents, l'attitude d'esprit la plus réaliste consiste certainement à accepter de ne pas tout contrôler.  L'adolescent a besoin d'espace et de temps pour se développer!

Éducation-coup-de-fil


( Inspiré du livre: Drogues et adolescence,  Étienne Goulet, CHU Sainte-Justine)