alt

Pour ou contre les punitions

Pourquoi punir ? C'est bien la première question qu'on doit se poser. La punition est-elle une « amende » qu'on fait payer à l'enfant pour son « infraction » ? Sûrement pas !

La punition ou « conséquence » est bel et bien un moyen d'enseigner aux enfants quelque chose qu'ils ne pourraient apprendre autrement, compte tenu de leur âge, de l'urgence ou de la gravité de la situation.

Règle générale, la punition doit demeurer un geste « réservé » pour certaines situations et non devenir la base de notre éducation. De plus, elle doit être de moins en moins utilisée à mesure que les enfants grandissent.

Lorsque la punition s'impose…

Si notre enfant a agi de telle sorte qu'on doit le punir, quelques critères sont à retenir :

Chaque fois que cela est possible, il vaut mieux donner une punition en rapport avec le comportement fautif. Par exemple, si votre enfant persiste à sauter sur le sofa, on peut lui interdire d'entrer dans la pièce pour un certain moment.

La punition doit être immédiate, pour que l'enfant puisse faire le lien entre son comportement et ce qui s'ensuit. Si la punition est retardée, elle risque d'être vécue comme une « injustice » par l'enfant. Comme il n'a pas une très bonne notion du temps, il ne fera pas le lien avec son « délit ».

L'isolement ou la privation d'un jouet devraient avoir une durée raisonnable de quelques minutes, en prenant en compte l'âge de l'enfant.

La punition doit être proportionnelle au méfait de l'enfant et non à l'intensité de la colère du parent.

La punition ne devrait jamais impliquer de priver l'enfant de quelque chose d'essentiel, comme l'histoire du soir avec papa ou maman, ou d'une occasion spéciale (la fête d'un ami).

Il va de soi que la punition ne signifie jamais humilier, menacer, culpabiliser ou faire du chantage.

Chaque fois que c'est possible, il est très « éducatif » de faire participer l'enfant à la réparation de son méfait, par exemple : effacer ses barbouillages sur le mur.

La punition terminée, il est inutile d'exiger de l'enfant des promesses ou résolutions qu'il n'a pas la capacité de tenir et des excuses auxquelles il ne comprend rien.

 

« Une petite tape ne fait pas de tort ! »

Il est généralement reconnu que le bienfait principal des corrections physiques est d'abord de soulager les parents exaspérés…  Beaucoup de parents, à un moment ou l'autre, vont en arriver à une « tape occasionnelle » sur les fesses ou la main.  Un tel geste, s'il est de faible intensité, n'a rien de dramatique. Ce n'est toutefois pas un moyen valable d'éducation. Lorsqu'elles se répètent, les tapes peuvent être très nuisibles et favoriser des habitudes de violence tant chez les enfants que chez les adultes.  Avant d'en arriver là, tout adulte aurait avantage à trouver une soupape inoffensive pour évacuer son trop-plein d'agressivité de façon constructive. Il peut s'agir de sport ou, pourquoi pas, d’un objet réservé à cette fin pour tous, petits et grands. Un punching bag, un coussin mou, etc…  Ce sont des moyens tellement simples mais, oh combien efficaces !

 

Première ressource, aide aux parents

(514) 525-2573 | 1-866-329-4223

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Venez clavarder avec nous!

premiereressource.com

facebook.com/premiereressource

 

Un don de 20 $ permet d’offrir une heure de notre service de consultation gratuite. 

www.canadahelps.org/fr/organismesdebienfaisance/premiereressource