alt Je veux changer de maison!Pour un parent entendre son enfant lui dire « Je peux jamais rien faire ici!… Je t'aime pus!… Je veux changer de maison… » est comme recevoir une flèche en plein cœur. Les jeunes enfants qui disent de telles paroles doivent-ils être punis? Doivent-ils entendre un sermon sur le respect envers les adultes?

Il est courant que les jeunes enfants utilisent ces expressions blessantes lorsqu'ils sont fâchés. Le parent doit prendre le temps de revoir d'analyser les événements qui ont provoqué ces paroles.

Des mots qui disent les vraies choses.
Souvent l'élément déclencheur de la colère de l'enfant est un interdit ou une directive venant de l'adulte. « Arrête de jouer… sers tes jouets… il faut partir… » L'enfant est donc fâché contre la consigne dite par le parent et réagit avec des mots inappropriés pour exprimer sa frustration. Le parent doit faire ressortir le vrai message qui se cache derrière les mots de l'enfant « Tu es fâché contre moi parce que tu ne veux pas partir tout de suite… Tu n'es pas content du tout… Tu aimerais continuer à jouer … » Généralement 3 ou 4 petites phrases de ce genre, dites sur un ton adapté, traduisent en mots ce que l'enfant ressent et permet de désamorcer sa colère. Ce dernier prend ainsi conscience des sentiments qu'il éprouve et apprend graduellement à exprimer ses émotions plus correctement et avec les mots que vous lui apprenez, sans avoir recours aux injures.

L'enfant vous aime, il ne veut pas changer de maman, de papa ou de maison mais il est fâché contre le refus, la directive verbale du moment. L'enfant est une « petite personne » plus émotive et intense que raisonnable.

Des gestes libérateurs
Il est possible dans de tel moment que certains enfants veuillent frapper. D'une manière ferme, on doit l'arrêter, reconnaître qu'il est fâché et que vous ne pouvez pas accepter qu'il vous tape ou lance des objets. Il doit apprendre à contrôler ses gestes. Cependant vous pouvez comprendre qu'il peut avoir besoin de brasser quelque chose (comme il arrive à un adulte) pour évacuer un trop-plein. Il a besoin qu'on lui apprenne qu'il y a certains objets sur lesquels il est permis de déverser sa grosse contrariété. Identifier avec lui, dans un moment calme, des objets ou des gestes qu'il peut utiliser de manière sécuritaire et adaptée.

Par exemple :  un gros coussin, un sac de couchage bien attaché… un ballon ou des balles en caoutchouc mousse qu'il peut lancer dans un panier à linge… ou tout autre geste accepté pour sortir d'une manière acceptable sa grosse colère et ainsi ne faire mal à personne.

Au moment d'une autre crise, après avoir identifié avec des mots, invitez-le à venir vous montrer comment « fort » il est fâché en l'accompagnant vers les objets identifiés au préalable.

Un adulte en colère n'apprécie pas que d'autres rient de son émotion, l'enfant non plus. Le parent doit donc accepter chez son enfant une forme d'expression de la colère pouvant inclure un ton plus haut et des gestes plus brusques.

Ne craignez pas de développer ainsi des habitudes de violence. Les individus qui apprennent à verbaliser leurs émotions, à utiliser au besoin des moyens simples et inoffensifs de se défouler, et ce, sans porter atteinte à une personne ou détruire des objets, deviennent généralement des êtres en contrôle de leurs émotions.

Un enfant est un être en construction. Il doit apprendre à ressentir, identifier et exprimer correctement ses émotions. Il a besoin d'être aidé et soutenu durant cet apprentissage qui se fait progressivement.